Sur la route « elles » tracent …

Déjà plus de 2 500 km parcourus au total! Mais par où sont-elles passées? Pour le découvrir, allez vite sur la nouvelle page « Itinéraire » du blog!!!

Rabat - Erfoud

https://2airsdegazelles.wordpress.com/itineraire/

Transfert Rabat/Erfoud – 24 et 25 mars

Un transfert épique !

Elles craignaient le sable… elles ont dû batailler contre la neige. Le 25ème Rallye Aïcha des Gazelles n’a même pas débuté… et pourtant, les gazelles ont vécu mardi une sacrée aventure ! La neige a en effet joué les invités-surprises !

Départ pluvieux, départ heureux… Un proverbe qui devrait porter chance à cette 25ème édition. C’est en effet sous des trompes d’eau que les gazelles se sont élancées mardi, à 11 heures, depuis le Palais royal de Rabat. Mais ce n’était rien à côté de ce qui attendait les gazelles dans le Moyen-Atlas. « Le franchissement du col du Zad entre Azrou et Midelt s’est avéré particulièrement périlleux » racontent Kate Williams et Laura Bouganne (équipage 161). « Nous nous sommes retrouvées prises dans une vraie tempête de neige. »

Très vite, les gazelles se sont retrouvées bloquées par d’autres voitures, incapables de monter le col. Le trajet s’est terminé… en convoi, derrière un chasse-neige. « Pour moi qui vient de Belgique, le Maroc évoque le soleil… Et pourtant ! Les températures sont descendues jusqu’à -4 degrés ! Même les essuie-glaces ont gelé ! » souligne France Clèves (équipage 402). Certaines gazelles, notamment l’équipage 164 (Stéphanie Matras et Christel Bouquet), ont dû rester dormir à Midelt en attendant la réouverture du col. D’autres, plus chanceuses, ont pu le passer in extremis et gagner, tard dans la nuit, le point de rendez-vous. « Les équipages du Team Volkswagen Utilitaires sont restés constamment en relation, par SMS. Cet esprit d’équipe fait chaud au cœur dans de telles circonstances » se réjouit France Clèves.

Les gazelles ne sont pas les seules à avoir été malmenées lors de ce transfert pas comme les autres : l’assistance mécanique de Volkswagen a également connu quelques belles frayeurs. « Nos deux Crafters, chargés à bloc de matériel, se sont avérés trop lourds pour circuler dans de telles conditions » explique Christophe Jaffray, le responsable du Pôle mécanique. « Même à l’arrêt, les utilitaires glissaient seuls dans les descentes. A un moment, l’un d’entre eux a dérapé de travers sur plus de 40 mètres. Je l’avoue… nous avons eu peur ! Mais nous n’avions pas le choix : nous devions franchir ce col. Heureusement, les gazelles circulant en camion n’ont pas hésité à s’arrêter pour nous aider. »

Au final, tous les équipages Volkswagen, à l’exception du 164, ont pu gagner Erfoud à temps pour le départ du prologue, remplaçant le blanc de la neige par les ocres des sables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s